Aujourd’hui c’est avec Tiphaine que je vous emmène à l’aventure. En solo ou en duo, cette cyclo-aventurière sillonne les routes du monde depuis maintenant plusieurs années. Sa dernière expédition en date a de quoi impressionner. Durant près de 14 mois, elle a parcouru plus de 20,000km à travers l’Europe et l’Afrique. Rien que ça !

Avec elle on a parlé vélo, peur de l’inconnu et rencontres (humaines mais aussi animalières).

J’espère que son témoignage vous inspirera autant que moi et laisse place à ma discussion avec Tiphaine.

Remarque : Comme d’habitude vous pouvez retrouver l’épisode sur apple podcast !

— NOTES DE L’EPISODE —

Le projet Little miss Pedals en quelques mots :

À à peine 25 ans, Tiphaine a déjà réalisé plusieurs aventures à vélo. En duo ou en solo, en Europe, en Afrique ou en Océanie, ses aventures sont toutes différentes mais elles ont pour point commun d’être rythmées par la soif de découverte et les rencontres.

— LA DECOUVERTE DU VOYAGE A VELO —

> L’Australie –  La première aventure 

Après avoir obtenu son diplôme d’éducatrice spécialisée, Tiphaine est partie 1 an en PVT (permis vacances travail) en Australie. C’est avec l’envie de découvrir le pays de manière originale et économique qu’elle décide de se lancer dans l’aventure du voyage à vélo. Pendant 2 mois elle va donc sillonner l’Australie d’Est en Ouest sur environ 1500KM. Une révélation.

Ce voyage qui lui a prouvé qu’elle en était capable, et que même sans entrainement préalable et connaissances mécaniques c’était possible !

— LA PREPARATION —

> Le retour en France 

À peine rentrée à Paris  elle n’avait qu’une envie : repartir. Elle s’est donc installée  6 mois pour faire les économies nécessaires et pouvoir repartir.  

> Le choix de la date de départ  

Elle avait l’idée en tête dès son retour mais pas de date précise. C’est suite à une rupture elle quitte son job et prend la décision d’enfourcher son vélo. Plus rien ne la retenant à Paris tout s’est enchainé très vite et  elle a pris la route en moins de 2 semaines.

La date est symbolique, elle est partie en juin 2017 le jour de son 23 ème anniversaire.

> L’équipement 

Ayant planifié son départ très rapidement elle n’a pas pu commander de vélo spécifique. Elle a donc acheté un VTC de base parmi ceux disponibles en magasin, ainsi qu’une tente et des pochettes de rangement.

 

—  SON AVENTURE A TRAVERS L’EUROPE ET L’AFRIQUE  —

> Etape 1 : l’Europe 

  • Le choix de l’itinéraire : 

Pourquoi l’Europe ? En Australie elle avait découvert l’autre bout du monde à vélo et en rentrant elle s’était rendu compte qu’il y avait des pays voisins qu’elle ne connaissait même pas. Elle a donc eu envie de les découvrir. 

  • Itinéraire

Tiphaine a construit son itinéraire au fur et à mesure en suivant ses envies et les saisons.

Partant au début de l’été et ne souhaitant pas pédaler sous de trop forte chaleur, elle a commencé par prendre la direction du nord avec pour premier objectif Stockholm. Elle a ensuite continué en direction du d’Helsinki avant de mettre le cap vers le sud jusqu’en Grèce puis de longer la mer adriatique jusqu’en Italie.

Si elle a suivi le rythme des saisons c’est aussi pour éviter d’avoir à acheter un équipement d’hiver.

Les chiffres :

7 mois et à peu près 12 000 km. 

 

> Etape 2 : L’Afrique 

  • Pourquoi l’Afrique : 

Elle a fait le choix de quitter l’Europe pour l’Afrique par envie de dépaysement et pour échapper à l’hiver. Elle préférait conserver ses économies pour continuer à voyager plutôt que d’investir dans un équipement hivernal couteux. 

 

  • Une deuxième partie d’aventure accompagnée

C’est avec Martin, un cycliste allemand rencontré via la communauté Warmshower qu’elle a traversé l’Afrique. Malgré de nombreux clashs liés aux conditions de voyage parfois compliquées, elle ne regrette pas avoir retenté l’expérience du voyage en duo.

Elle a apprécié être accompagnée en Afrique, pas tant pour la sécurité, mais surtout pour pouvoir échanger sur ce qu’elle y découvrait découvre au quotidien et le dépaysement. 

  • Itinéraire :

Après son tour d’Europe elle a pris un ferry depuis le sud de la France pour le Maroc où elle est rejointe par Martin, de là ils roulent jusqu’en Guinea-Bissau, avant de décider de rejoindre la côte ouest de l’Afrique pour échapper aux fortes chaleurs. Ils repartent donc du Kenya et poursuivent jusqu’à la Namibie, étape finale de leur périple.

Différence Europe / Afrique  

  • Etat de la route 
  • Les gens : une hospitalité, entraide beaucoup plus importante en Afrique (« en Afrique t’es pauvre si t’es tout seul ») 
  • La faune : en Afrique – de l’est –  on peut croiser des animaux tels que des éléphants, des phacochères, des babouins ou encore des girafes sur des routes « lambas »… Ce n’est pas quotidien mais toujours impressionnant, notamment parce que en vélo il n’y a pas la barrière des vitres la voiture. 

 

— QUESTIONS PRATIQUES —

> Le rythme 

Elle fait une centaine de km par jour lorsqu’elle pédale. Sachant qu’elle s’accorde des jours de repos, sa moyenne était d’environ 60-70km/jour sur les 7 mois.

Son rythme était moins soutenu en Afrique notamment à cause des éléments (fortes chaleurs, vents violents et pluies torrentielles) rendant les routes impraticables et la ralentissant…

> Le logement : 

Tiphaine s’organisait au jour le jour et dormait principalement en tente et occasionnellement en couchsurfing.

  • Warmshower présente pour elle des avantages (conseils, échanges ..) mais aussi quelques inconvénients, le principal étant la fatigue que ça accumule (on se couche tard, on raconte toujours la même histoire..)
  • Ses conseils pour dormir en tente :
  1. Placer sa tente un peu à l’écart des regards, un peu caché.
  2. La monter juste avant de dormir
  3. Lorsque c’est difficile de trouver un terrain libre, elle conseille de demander aux habitants si on peut planter sa tente dans leur jardin. Si comme elle on est timide, l’idéal est de demander à ceux qui sont dans leur jardin ou dans la rue au lieu de toquer aux portes.

> Prévoir son itinéraire : 

Tiphaine voyageait au jour le jour. Tous les soirs elle déterminait l’itinéraire qu’elle emprunterait le jour suivant en tachant d’éviter les grandes routes trop passantes et dangereuses.

Elle conseille l’application : maps.me dont les cartes téléchargeables avec la wifi sont ensuite consultables même lorsque l’on est hors ligne. 

> Ses techniques pour garder le moral : 

  • S’imagine rentrer à Paris. Cela rappelle pourquoi on voyage, et motive à continuer
  • Persévérer car il y a toujours des moments qui rappellent pourquoi on voyage : un lieu, une rencontre, un sourire.
  • D’un point de vue plus pragmatique, dans de tels voyages on est souvent à plusieurs jours de route d’un aéroport. il est donc difficile de prendre la décision de tout arrêter sur un coup de tête.

> Documenter son voyage : 

Elle tenait un journal de bord. Tous les jours Tiphaine y écrivait d’où elle était partie le matin, où elle dormait le soir, et quelques lignes sur le déroulement de la journée.

Son conseil : ne jamais remettre à plus tard.  Il faut s’y tenir et le faire tous les jours, sinon on abandonne vite.

— LE RETOUR —

> Appréhender le retour

Elle a assez mal vécu son retour d’Australie, qu’elle a trouvé très compliqué et brutal.

T’étais en voyage, et c’est comme si tu te réveillais d’un rêve et que maintenant tout n’était qu’un lointain souvenir. 

Elle a mieux appréhendé le retour de son périple en Europe-Afrique. D’après elle cela est dû au fait qu’elle a mis en place des projets qui lui permettaient de prolonger le voyage et rendait la transition plus douce (écriture d’un livre, conférence, livre)

> Son avis sur le voyage à vélo : 

  • Un bon mix entre rencontres et temps pour soi. On est souvent au contact de la population car on est parfois obligé d’aller voir les autres pour demander de l’eau, dormir… mais on a aussi  de nombreux temps seul(e) sur son vélo. 
  • Dans ce genre de voyage c’est plus des expériences, des rencontres que l’on vient chercher. Elle traverse les pays et apprend à découvrir leur culture mais ne fait pas de détour pour aller de site touristique en site touristique.
  • Ce type de voyage permet de se rendre compte de la réalité du monde et surpasser les préjugés.En regardant la tv on pense que le monde entier va mal, qu’il est dangereux. Mais en voyageant à vélo elle s’est rendu compte que le monde n’était pas si noir. Les gens sont accueillants et la plupart des histoires sont pleines d’espoir.
  • C’est un type de séjour sportif mais adaptable à tous. On va au rythme que l’on veut. Elle a croisé des personnes faisant 200Km/jour et des familles qui roulaient 50-60km/jours. 

> Les plus grandes leçons qu’elle en a tiré  : 

  • Il faut apprendre à se faire confiance à soi, s’écouter et faire les choses pour soi. 
  • La motivation est ce qu’il y a de plus important car c’est surtout dans la tête que tout se joue.
  • Il ne faut pas écouter ses barrières et ses peurs. On trouvera toujours des façons de rebondir car nos capacités sont multiples.  

> Ses conseils pour se lancer : 

Le mantra de Tipaine est «  tout est possible »Typiquement, elle ne savait même pas changer une roue crevée avant de partir et si elle s’était arrêtée à toutes les appréhensions qu’elle avait elle ne serait pas partie.  

Ses astuces :

  • Éviter d’anticiper tous les problèmes qu’on pourrait avoir. Cela est juste anxiogène or, le voyage lui a prouvé qu’on est plein de ressource. Il faut se lancer et si nécessaire on trouvera des solutions au moment voulu.
  • Se fixer une dead-line : sinon on trouvera toujours des excuses pour repousser le départ (météo, événement..)
  • Déterminer de façon concrète ce dont on a besoin pour partir et agir en conséquence. 

 

> Ses futurs projets

Un an et demi après sa dernière aventure, Elle repart déjà !

Cette fois-ci c’est en direction en l’Asie qu’elle et Martin partiront fin février 2020. Les deux cyclistes s’élanceront de Munich avec comme objectif Bangkok. Cependant ils ne se mettent pas la pression, car pour eux le plus important est le chemin et ils savent que ce type de voyage est rempli d’imprévus et de belles surprises. 

——————————————————————————————————————————

Pour suivre Tiphaine, alias Little Miss Pedals, vous avez l’embarras du choix :

Facebook

Instagram

Site web

Son livre

N’hésitez donc pas à aller faire un tour sur ses réseaux sociaux pour suivre sa nouvelle expédition à travers l’Europe et l’Asie! (- au vu des circonstances actuelles elle a dû la mettre sur pause mais ce n’est que partie remise -) 

J’espère que cette aventure vous a plu et je vous retrouve bientôt avec le témoignage d’un nouvel explorateur !