À la découverte du concept de Biophilie… 🌿

 

La nature nous fait du bien, et sans que l’on puisse vraiment expliquer pourquoi on ressent tous à un moment ou un autre le besoin de se  « mettre au vert ». Lorsque l’on habite en ville cela n’est pas chose aisée. Alors en attendant les vacances en pleine nature, les citadins se baladent des rares espaces verts qu’ils trouvent et introduisent du végétal dans nos logements.. Bref, on fait ce qu’on peut pour garder le lien avec mère nature. Quoi qu’il en soit que l’on habite en ville ou à la campagne, pas de jaloux, il semblerait que l’on soit tous animé par ce même besoin. 

Le constat est donc simple mais une question demeure  :  D’où nous vient cette irrépressible envie de nous connecter avec le monde naturel ? 🏞️

Pour le biologiste américain E.O. Wilson toutes ces tentatives pour nous rapprocher de la nature sont autant d’indices de ce qu’il appelle la « biophilie » à savoir le besoin inné des hommes de se reconnecter au vivant (non humain), besoin qui serait le fruit de notre évolution biologique. 

En découvrant ce concept dans le livre Shinrin-Yoku, un ouvrage qui traite de la thérapie par les arbres, j’ai immédiatement été fasciné et j’ai voulu en savoir plus. J’ai donc creusé un peu le sujet… 

Le besoin de nature enfin expliqué 💡🍃

Pour E.O. Wilson, l’environnement naturel de l’homme est comme son nom l’indique… la nature. Certes aujourd’hui plus de la moitié de la population vit en ville et ce chiffre ne fait que croitre, mais lorsque l’on remet les choses en perspective on se rend compte que l’homme vit dans la nature depuis des millénaires alors que nos modes de vie urbains n’ont que quelques centaines d’années.

D’après la théorie de la biophilie c’est cette co-évolution en lien direct avec le monde nature qui aurait notre connivence avec lui. En se développant avec et grâce à lui durant aussi longtemps nous avons développé tout un tas d’instincts qui explique par exemple : 

🌸 Que nous avons besoin d’être entouré de fleurs ou d’en planter dans notre jardin. Pourquoi ? Parce que nos ancêtres étaient des chasseurs-cueilleurs, et qu’ils avaient compris qu’elles se transformaient en fruits ou en baies comestibles. Les fleurs étaient donc pour eux le signe d’une présence potentielle de nourriture. 

🌿 Que la présence de verdure nous apaise. Pourquoi? Les feuilles ont besoin d’eau pour vivre, ainsi leur couleur verte indique à notre cerveau qu’il y a de l’eau à proximité. Cet élément étant essentiel à notre survie, sa présence le rassure. 

Notre besoin de connexion à la nature viendrait donc du fait que l’on ait intériorisé le rôle essentiel qu’a joué la nature dans notre survie. Alors oui, le cadre dans lequel on évolue a bien changé depuis l’époque où l’homme vivait dans la savane mais tous ces réflexes primitifs montrent que  notre organisme n’a pas évolué aussi rapidement. 🧠🧬

Où est passée la biophilie à l’heure du rechaussement climatique ? 🌡️🤔

Au vu de la situation environnementale actuelle on peut demander où est passé « le penchant instinctif des humains à aimer et protéger la nature »  dont parle E.O Wilson… 

Et pourtant, malgré les dommages que nous lui infligeons son pouvoir sur nous ne faiblit pas.  Une balade de 30 minutes en forêt continue à souffrir à nous apaiser et les premières fleurs du printemps nous émerveillent toujours autant. 

Alors je ne sais pas vous mais je me demande si on ne tient pas là un bout de solution. Si l’état de notre planète est dû à notre déconnexion toujours plus grande avec le monde naturel, nous reconnecter à lui permettrait peut-être de (ré-)veiller notre envie de le protéger ? 🌳

En tout cas ça ne peut faire que du bien. Alors laissons libre cours à notre besoin de nature et allons nous balader ! 

📚 Ce thème vous intéresse ? Voici quelques lectures pour en savoir plus : 

> Le livre Biophilie de E.O. Wilson  

> Le livre Shirin-Yoku du Dr. Qing Li